éducatrice-montessori

Rencontre avec Maëlys Le Levreur, fondatrice de My Little Coaching

A l’occasion de la sortie de son livre, Vous êtes déjà le parent idéal, nous sommes allés à la rencontre de Maëlys Le Levreur, fondatrice de My Little Coaching. Cette éducatrice spécialisée guide les parents (perdus 😉 pour les aider à vivre au mieux l’arrivée d’un enfant dans un foyer. Elle nous a dévoilé son parcours, sa philosophie et ses précieux conseils. Au programme : confiance en soi et écoute de son enfant.

livre-parentalité
Vous êtes déjà le parent idéal“, Maëlys Le Levreur

DE MONTESSORI A LA CRÈCHE 

Lorsqu’on entend le mot “coach”, on prend parfois peur. “Je peux comprendre, car cette expression n’existait pas il y a 12 ans, lorsque je l’ai choisie. Aujourd’hui, on l’utilise à tort et à travers. Je préfère le terme d’accompagnant “. Maëlys nous raconte son parcours entre ses études spécialisées et la découverte de la pédagogie Montessori :“ Au départ, les écoles Montessori étaient des établissements dans les faubourgs pauvres en Italie.” 

La pédagogie initiée par Maria Montessori consiste à observer l’enfant et à lui proposer des activités en fonction de son évolution et ses envies, car chaque enfant est différent. On monte des ateliers pour les aider à devenir autonomes, à faire seul.

Avant de fonder My Little Coaching, Maëlys était directrice de crèche à Paris. Trois semaines avant le fameux Covid, que personne ne pouvait prévoir, elle décide de se concentrer à temps plein à son projet d’accompagnement. “Je l’ai créé pour des parents qui n’avaient pas de place en crèche ”.

LA RECETTE MIRACLE N’EXISTE PAS 

Aujourd’hui, Maëlys intervient en entreprise et auprès de particuliers avec un message fort : il n’existe pas de recette miracle, car chaque enfant est unique. Je ne suis pas là pour juger, je ne vais pas dire aux parents si leurs méthodes sont bonnes ou mauvaises.  D’accord, mais comment faire quand on est dépassés et qu’on a besoin d’aide ?

Selon Maëlys, il faut observer, écouter son enfant et apprendre au fur et à mesure, tout en se détachant des idées préconçues. “J’ai acheté tous les livres d’éducation possibles et imaginables. Ce qui m’a dérangé, c’est cette injonction à la parentalité parfaite qui fait que les parents sont perdus. Ce fameux doute parental qui s’insinue dans la vie peut être bien sournois, surtout quand on observe tous ces parents parfaits sur Instagram. C’est normal de douter, mais le bout de chou a besoin d’avoir un parent qui l’accompagne. Je crois que les parents devraient se faire confiance. Ils sont déjà les experts de leur propre enfant, pas les livres.” L’éducatrice continue son raisonnement : “ Avant, quand on voulait planter un arbre fruitier, on demandait à notre grand-père. Maintenant, on demande à notre grand-père, nos amis, youtube, Instagram et on finit pas douter. ”

Loin d’être anti-réseaux sociaux ou contre les livres parentaux, elle prône plutôt la connaissance de son propre enfant, pour s’adapter à ses besoins à lui… Sans s’oublier soi-même, le parent. “ Au final, on parle beaucoup de l’enfant et peu du parent. Avec le Covid qui est arrivé, beaucoup d’adultes pensent qu’il faut être encore plus avec ses enfants. La famille était presque tout ce qui restait pendant cette période. Pourtant, se forcer à jouer alors qu’on n’en a pas envie ne sera pas un moment de qualité, ni pour l’un, ni pour l’autre.”

CONFIANCE ET APPRENTISSAGE 

Face à ces paroles rassurantes, Maëlys nous explique qu’elle a conçu son livre comme un recueil pratique pour accompagner les futurs et jeunes parents dans leur rôle. Celle qu’on soupçonne de murmurer à l’oreille des familles, nous confie d’ailleurs qu’elle comprend mieux les enfants que les adultes. Dans son livre, elle explique les choses de façon concrète et fait des parallèles “ Si on vous ordonnait d’aller dans votre chambre, comment réagiriez-vous ? ”. Elle décortique aussi ce qui se passe dans la tête de nos enfants. ” Quand on leur dit de ne pas faire telle chose, ils comprennent l’inverse ” et pour chaque situation problématique, elle propose des clés à tester, des conseils de livres ou de sites internet utiles.

AU SECOURS, MAËLYS ! 

Post-partum, sommeil, colères… Maëlys est revenue pour nous sur les questions qu’on lui pose le plus souvent.

alléger-son-post-partum
Marion Gruber par Lucie Cipolla
  • Comment alléger son post partum ?

Après avoir fait une place à son bébé dans son corps, il faut lui faire une place dans sa vie, et dans celle de la famille. C’est bien normal que cela prenne du temps ! Avant tout, il faut donc accepter sans culpabiliser qu’il y ait un temps de tâtonnement pour faire connaissance avec son enfant. Ce temps dépend de chacun et peut aller de quelques semaines… à quelques années. 

  • Quand est-ce que mon bébé va faire ses nuits ?

“ La question ne se pose pas vraiment avant les 8 mois de l’enfant. Il faut connaître quelques notions comme le cycle circadien (la différence entre le jour et la nuit). Il se met en place vers les 4 mois donc il faut patienter ! Faire ses nuits est un mythe et… une exception. Par contre, il est important de mettre en place des rituels pour les enfants, comme les histoires du soir. Nous, adultes, avons nos rituels aussi ! Les enfants et les bébés ont souvent besoin d’un sas de décompression.”

(c) @zeeuwshartje
  • Comment gérer les colères ?

“ Quand il est en colère, l’enfant est dans une émotion qui le déborde et si on le met dans sa chambre, il ne pourra pas passer à autre chose… et parfois si. Certains enfants ont besoin d’être seuls, ou des bras, et c’est là où il faut trouver la solution qui leur correspond. Quand il est dans le pic de l’émotion, l’enfant ne nous entend pas. Il faut tester et trouver ce qui convient à son enfant.”

  • Comment préparer l’arrivée du deuxième enfant ? 

“ Nous les adultes, quand on sait qu’on attend un nouvel enfant, on est envahi par plein d’émotions. C’est la même chose pour nos enfants. Et puis une fois que le bébé est là, le grand se retrouve à faire des choses qu’on ne lui demandait pas avant… Il n’a plus l’exclusivité de ses parents alors qu’avant, il avait les bras pour lui tout seul. Et côté parent, on a l’impression de devoir s’excuser et de compenser avec des cadeaux, mais c’est notre décision d’adulte à assumer. Il faut expliquer ce qu’est une famille dès le départ. Au début, il y a une bulle d’amour formée par les deux parents. Et puis ils décident de l’agrandir avec un premier enfant. Et puis les parents s’aiment si fort qu’ils veulent créer une bulle encore plus grande. Il faut expliquer au premier pourquoi on l’aime. On aime nos enfants parce qu’ils sont différents et tout au long de la vie. C’est important afin de ne pas créer de compétition.”

(c) @anneeeck

Rendez-vous sur Instagram pour retrouver notre LIVE avec Maëlys sur le sujet passionnant du post partum !